Accueil>Comprendre Villejuif>Villejuif se présente

Villejuif se présente

La plus grande ville du Val-de-Bièvre

Villejuif est la principale ville de la communauté d'agglomération de Val-de-Bièvre, qui regroupe six autres communes : Arcueil, Cachan, Fresnes, Gentilly, L'Haÿ-les-Roses, Le Kremlin-Bicêtre pour un total de 192.800 habitants. Le territoire de la commune représente un seul canton.

Le point culminant du Val-de-Marne

Villejuif se positionne entre les vallées de la Seine et de la Bièvre, sur le plateau de Longboyau, partie septentrionale extrême du plateau du Hurepoix.

Avec un point haut situé à 124 mètres d’altitude (localisé dans le parc départemental des Hautes Bruyères), Villejuif est le point culminant du département du Val-de-Marne et l’un des points les plus hauts de la première couronne parisienne. La ville surplombe ainsi ses communes limitrophes (le Kremlin-Bicêtre, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur- Seine, Arcueil, Cachan…).

Réseaux routiers

A un peu plus d'un kilomètre de Paris (Porte d’Italie), Villejuif bénéficie d’une desserte et d’un accès direct au réseau métropolitain et national via :

  • l’autoroute A6 reliant la porte d’Orléans (Paris) à Lyon, via un demi-échangeur situé à hauteur de l’Institut Gustave-Roussy, dans le sens province-Paris.
  • la RD7 (ex Nationale 7) qui relie Paris à Fontainebleau, et traverse le territoire communal du Nord au Sud.
  • la RD148 reliant Joinville-le-Pont à Sceaux, l’une des rares voies transversales Est-Ouest du département du Val-de-Marne, qui permet également de relier les vallées de la Seine et de la Bièvre en franchissant le plateau de Longboyau.
    La RD148 prend les noms d’avenue de la République et Louis Aragon à Villejuif.

Transports en commun

Villejuif apparaît est particulièrement privilégiée du point de vue des transports en commun:

  • La ligne 7 du métro, qui traverse Paris du Sud au Nord jusqu'à La Courneuve, dessert trois stations à Villejuif:
    - Villejuif - Léo-Lagrange,
    - Villejuif - Paul-Vaillant-Coututier
    - Villejuif - Louis-Aragon, son terminus, pôle d’échanges multimodal (tram, bus)
  • 8 lignes de bus RATP relient Villejuif aux communes de Rungis, Meudon, Bourg-la-Rein, Créteil, Charenton-le-Pont, Juvisy, Antony, Choisy-le-Roy
  • La ligne de bus Valouette V7 gérée par la Communauté d’Agglomération du Val de Bièvre, dessert gratuitement les différents quartiers de Villejuif
  • La ligne de tramway T7 relie Villejuif à Athis-Mons en passant par l'Haÿ-Les-Roses, Chevilly-Larue, Thiais, Rungis, l'aéroport d'Orly et Paray-Vieille-Poste.

Voir les modes de transport

Nouvelles offres de transports

 2 nouvelles gares sont en cours de construction dans le cadre du projet Grand Paris Express :

  • Villejuif-Louis Aragon assurera la correspondance entre la ligne de métro la ligne 15 Sud du supermétro
  • Villejuif Institut Gustave-Roussy (IGR) assurera la correspondance entre les lignes 15 Sud et 14 Sud (prolongement du métro 14) du Grand Paris Express.


Les grandes caractéristiques urbaines de la ville

Aujourd’hui, le territoire est marqué par :

  • 3 ensembles hospitaliers qui occupent un peu plus d’un dixième de la superficie communale : l’hôpital Paul-Brousse (au Nord),  l’hôpital psychiatrique Paul-Guiraud (au centre de la commune),  l’Institut de cancérologie Gustave-Roussy (à l’Ouest)
  • le parc des Hautes Bruyères, principal espace vert de la commune (20 ha) qui se développe sur la moitié de la frange Ouest de Villejuif. Il s’agit d’un site archéologique témoin pour la commune et le Département.
  • des ensembles de bâtiments collectifs, de type grand ensemble, occupant une grande partie du Sud du territoire (quartier des Lozaits, Mermoz, Delaune, Lebon...) mais également présents dans le centre-ville, le Nord et l’Est de la ville avec des entités plus réduites.
  • des quartiers pavillonnaires répartis sur l’ensemble du territoire mais dont les plus grandes entités sont : les Esselières, le coteau des Guipons, le bas du quartier Pasteur et le Lion d’Or.  

Monuments protégés

Villejuif compte un monument classé au titre des monuments historiques, le groupe scolaire Karl Marx, et plusieurs bâtiments inscrits à l’inventaire supplémentaire :

  • L’église paroissiale Saint-Cyr-Sainte-Julitte, édifiée pour partie au XIIIe siècle (structure de la nef), reconstruite aux XVe et XVIe siècles. Le bâtiment est inscrit depuis 1928.
  • La pyramide de Cassini : il s’agit d’une mire géodésique de 7 mètres de haut construite en pierre de taille en 1742 par le géographe Jacques Cassini. Cette installation est à l’origine des travaux cartographiques de Cassini, elle a servi à mesurer le méridien de Paris, la vitesse du son. Le bâtiment est situé au 157 bis avenue de Paris. Il est inscrit depuis 1928.
  • L’Hôtel de la Capitainerie des chasses, hôtel particulier construit en 1762 pour Jacques Alexandre Gautier de Vinfrais, premier lieutenant de la maréchaussée à Villejuif et inspecteur des chasses de la Varenne du Louvre. Le député Thomas de Treil de Pardailhan y résida avant et pendant la Révolution. Le bâtiment est situé au 87-91 rue Jean-Jaurès. Il est inscrit depuis 1996.
  • Le groupe scolaire Karl-Marx a été construit de 1931 à 1933 par André Lurçat au milieu des champs, sur demande du maire Paul Vaillant-Couturier. Le bâtiment est un symbole de l’architecture moderne avec l’intégration d’un stade, d’un gymnase et la conception d’un mobilier intégré. Il allie béton armé, verre et métal, selon une tradition inspirée du Bauhaus. Le bâtiment est inscrit depuis 1975 et classé depuis 1996. Il se situe avenue Karl-Marx et accueille désormais un collège (actuellement en cours de  réhabilitation par le Conseil général) et une école maternelle.

Entités urbaines remarquables

 Outre les bâtiments identifiés et protégés, Villejuif compte plusieurs bâtiments d’intérêt architectural et/ou historique.

Des équipements sanitaires

  • L’hôpital Paul Guiraud.
    Sur les plans initiaux de l’architecte Maréchal, l’édification de la construction s’échelonna de 1882 à 1889. Les premiers malades furent installés en 1884. L’hôpital fut agrandi a quatre reprises en 1899, 1910, 1933 et 1934.
  • Le Centre Hospitalier Paul Brousse.
    L’ensemble des constructions a été réalisé en 1913 par l’architecte J. Morize.
  • Les bains-douches conçus par l’architecte Adoplhe Legros en 1928.

Des équipements éducatifs

  • Le groupe scolaire Pasteur construit et reconstruit à différentes époques en 1910, 1928 et 1937.
  • Le groupe scolaire Paul-Vaillant-Couturier

Des équipements administratifs, techniques ou militaires

  • La redoute des Hautes-Bruyères : elle fait partie du programme de fortifications réalisées à la hâte en août 1870 pour doubler la ceinture de forts couvrant le sud de la capitale. La réalisation est attribuée à Eugène Viollet-le-Duc. Les casemates en pierre sont réalisées en 1874. Avec le passage de l’autoroute A6, la redoute a été écornée à l’Ouest.
  • Les réservoirs de la ville de Paris construits en 1882 (137 avenue de Paris)
  • Les châteaux d’eau (1937)

Les espaces verts

  • Parc départemental des Hautes Bruyères, d’une superficie d'environ 20 hectares, est situé le long de l’Autoroute A6, sur le haut de Villejuif, à l’emplacement des anciennes carrières de sables et gypse. Son aménagement s’est étalé sur plusieurs années pour s’achever dans les années 2010 avec l’espace archéologique.
    Il abrite 85 jardins familiaux ainsi qu’un jardin de plantes médicinales.
    Ouvert de 8h à 17h, 18h, 20h ou 21h selon les saisons
    En savoir plus
  • Parc du 8 mai 1945 (rue Alexandre-Dumas), d’une superficie d'environ 2 hectares, est situé au Nord-ouest de la ville. Ce site a été utilisé longtemps comme dépôt par la préfecture de police de Paris. Le projet du ministère de l’Intérieur d’y construire des logements a été refusé par la municipalité, qui a obtenu sa transformation en parc en 1975. Le parc a ouvert en 1980.
  • Parc Pablo-Neruda, en centre-ville, derrière l'hôtel de ville (entrées rue Paul-Bert et rue René-Hamon).
  • Parc Normandie-Niemen, 185 boulevard Maxime-Gorki.
  • Parc des Lilas, 8 rue du Dr Antomarchi, impasse des Lozaits.
  • Parc Emile-Zola, 5 rue Emile-Zola.
  • Square des Guipons, 9 rue des Guipons
  • Square Pasteur, 81 rue Pasteur
  • Square Jean-Ferrat, 114 rue Jean-Jaurès
  • Square des Sapeurs-Pompiers, 20 boulevard Chastenet-de-Géry

    Ouverts à partir de 8h à 18h, 19h ou 20h, selon les saisons.

    Situer les espaces verts sur le plan

Villejuif, ville métropolitaine

L’activité économique à Villejuif est dominée par les petites et les moyennes entreprises intégrées au tissu de quartier, ainsi que par le secteur de la santé. Il existe néanmoins des Zones d’Activités Economiques ayant pour vocation l’accueil des entreprises (secteur de l’Epi d’Or au Sud-Ouest, des Hautes-Bruyères à l’Ouest et de Monsivry au Nord). Le secteur tertiaire est cependant en plein développement, avec notamment, l’implantation récente du groupe LCL (3000 salariés) quartier des Guipons.

Avec les projets urbains en cours ou à l’étude à Villejuif et dans le Val-de-Marne, le développement de Villejuif s’inscrit désormais dans une logique métropolitaine.

Campus Grand Parc, futur pôle d’excellence international d’innovation thérapeutique spécialisé dans la lutte contre le cancer, représente notamment un projet d’importance francilienne voire nationale.

Ce projet développé sur 115 hectares à proximité de l’IGR (Institut de cancérologie Gustave-Roussy), permettra l’accueil d’entreprises du secteur biomédical, le développement des capacités d’enseignement et de plateformes technologiques innovantes, la création de nouveaux équipements publics pour ce nouveau quartier à venir.

L’emploi

Les données du recensement donnent 18340 emplois en 2007, répartis à part presque égale entre le secteur public et le secteur privé (n’étaient alors pas pris en compte les 3000 salariés de LCL définitivement installés en 2012).

Le pôle d’emploi public est légèrement majoritaire: 9156 emplois, dont 6000 hospitaliers. A ce titre le projet de Campus Grand Parc (1500 emplois prévus) va conforter la position du pôle hospitalier à Villejuif. Ces pôles d’emplois publics, s’ils représentent la moitié des emplois, constituent la majorité des emplois de professions intermédiaires (63%) et d’employés (58%) de la commune. 26% des actifs de la fonction publique habitant la ville travaillent dans le pôle d’emploi public de la ville, soit un peu moins que la part des actifs habitant et travaillant à Villejuif (27%).

Le tissu artisanal, majoritairement des activités de services et du bâtiment, est très représenté à Villejuif : il représente près du tiers des établissements, contre environ 18% de l’ensemble des établissements du Val-de-Bièvre (données CMA 94 / traitement Observatoire économique CAVB).