Accueil>Vos élus>Le Conseil municipal>Expression des formations politiques du Conseil municipal

Expression des formations politiques du Conseil municipal

Les tribunes libres du mois de mai 2017

(Le contenu de chaque article n'engage que la responsabilité de son auteur)

Union citoyenne pour Villejuif

Le service jeunesse en pleine évolution 

Le service jeunesse poursuit sa mutation afin de répondre au mieux aux nouvelles attentes et aux besoins des jeunes villejuifois. Par cette évolution, la collectivité disposera d’un service jeunesse qui sera centré sur l’épanouissement personnel, l’éducation citoyenne et le bien vivre ensemble de nos jeunes âgés de 12 à 25 ans, d’autres services municipaux ayant en charge les plus jeunes. Comme nous l’avons souhaité avec la création de la M2IE, le service jeunesse sera également un vecteur supplémentaire d’accompagnement et d’information de ce public indispensable au dynamisme de notre collectivité. Ce nouveau service se voudra plus transversal et s’inscrira dans un continuum éducatif. Tout en conservant une implantation dans plusieurs quartiers de la ville, les agents du service jeunesse proposeront des activités éducatives thématisées, regroupant l’ensemble des jeunes du territoire dans le but de développer une identité villejuifoise et créer une véritable mixité sociale. En partenariat avec d’autres services et l’Éducation Nationale, de nouveaux dispositifs verront le jour. Ce service va également permettre de consulter et d’impliquer les jeunes dans la vie de la cité en créant des organes de consultation sur tout le territoire. Tout en continuant à animer les structures ouvertes et en accompagnant les plus vieux dans leurs projets, les fonctionnaires de ce service préparent actuellement cette mutation, en modifiant ou en créant un nouveau cadre et de nouvelles procédures de travail. Le service jeunesse dans son nouveau format sera au service de la jeunesse villejuifoise à partir de septembre.

M. Anrep, Y. Bokreta, M. Bounegta, J. Carvalho, F. Ducellier, F. Ouchard, M.J. Pidron, L. Yapo, E. Yebouet

Un nouvel outil pour redynamiser l’implantation de commerçants et d’artisans !

 Depuis trois ans l’équipe municipale s’attache à redynamiser le commerce notamment en centre-ville ainsi qu’elle s’y était engagée pour les municipales de 2014. Depuis plusieurs mois, certains locaux commerciaux restés vides trop longtemps reprennent vie. Nous citerons pêle-mêle le boucher sous les arcades, le primeur bio, l’artisan électricien ou encore le traiteur italien boulevard Maxime Gorki. Dès 2005, un dispositif créé par la loi prévoyait, dans un périmètre délimité, la possibilité de préemption de fonds de commerce, baux commerciaux ou artisanaux ou de terrains destinés à aménager des commerces. Cette mesure, qui n’avait pas été prise en compte par l’ancienne municipalité pour sauvegarder le commerce déjà en difficulté à cette époque, vient d’être votée par le Conseil Municipal, après avoir obtenu un avis favorable de la Chambre de Commerce et d’Industrie et de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Concrètement, les projets de cession des fonds de commerce situés dans le périmètre dit « de préemption » seront tous soumis à la municipalité avant réalisation de la vente. Nous pourrons ainsi veiller à la diversité de nos commerces lors des cessions des baux. Cette mesure n’est qu’un outil parmi les autres mis en place, qui démontre notre volonté de soutenir les commerces de proximité. La municipalité va pouvoir utiliser ce nouveau dispositif pour que Villejuif retrouve des commerces de qualité en espérant pouvoir accueillir rapidement caviste, fromager, traiteur et bien d’autres commerçants pour proposer aux Villejuifois une variété de produits des terroirs français.

E. Berton, C. Duboille, A. Grivot, A. Mille, J. Mostacci, É. Obadia.

Ce qui est en jeu, c’est l’éthique et la morale (*)

Après l’éviction des élus EELV il y a 1 an, « l’Union Citoyenne » fête son mi-mandat en écartant définitivement les dernières voix qui osaient apporter de la nuance avec le retrait des délégations de l’ex-adjoint aux finances, commande publique, travaux et patrimoine. Désormais, les échanges se feront sur le terrain judiciaire puisque Philippe VIDAL a déposé plainte pour falsification de document administratif adressé à un élu dans le cadre du respect des règles de la commande publique, et pour détournement de fonds publics dans le cadre de la rémunération d’un membre de la Direction générale. La riposte, dont la méthode est reconnaissable, a consisté en une rumeur portant sur d’hypothétiques actes de harcèlement dont serait coupable l’Adjoint à l’égard de ceux-là même qui font l’objet des recours judiciaires précédemment cités ! Piètre tentative d’une autorité Territoriale « très à droite dans ses bottes » mais qui croule désormais sous les affaires judiciaires, de la fameuse « liste noire » et sa nauséabonde « chasse aux sorcières » au délit de favoritisme dans le cadre du dossier de la halle des sports, le temps désormais du détournement de fond public est venu ! Enfin, le budget adopté à 1 voix près avec le probable soutien du Front National fait également l’objet de recours devant le Préfet et la Chambre Régionale des Comptes pour insincérité. N’est-il pas temps désormais que tout cela cesse, les Villejuifois méritent mieux ! Retrouvez sur le site www.VillejuifNOTREville.fr l’ensemble de nos publications et nos précisions. (*) François FILLON 22 Novembre 2012 !

A. Caporusso, L. Loudière, P. Nunes. P. Vidal

 

Opposition

L'Avenir à Villejuif

La honte

Par une voix de majorité, le budget est voté, malgré le départ de ce qui restait des « socialistes dissidents », qui un an plus tôt votaient notre expulsion. La nouvelle majorité est composée de la droite, du Font National et du Modem… Cas unique en France ! Tous les services à la population baissent encore, sauf le budget « communication » qui augmente de 50 % (56 000 euros). Ça valait le coup : un magnifique dépliant à la gloire du maire était glissé dans le denier numéro de VNV ! Ce dépliant mélange sans vergogne ce qui a été fait parce que c’était obligatoire, ou par l’État ou les autres collectivités, et des projets jamais faits (le conseil des enfants), ou ce que feue l’Union citoyenne a fait avec nous (la Police municipale) et ce que notre groupe a fait avant de rompre suite au scandale de la Halle des sports (PLU, conseils citoyens, potagers, crèche éphémère, Forum de rentrée) ou était sur le point de faire (M2IE, épicerie solidaire). Mais plus rien sur la régie de quartier. Bilan de la « nouvelle majorité » ? La honte. Nous avions fait confiance en 2014-2015, sûrs que notre force de persuasion et l’enthousiasme qui appuyait nos réalisations viendraient à bout de la bêtise. Nous avons travaillé de toutes nos forces, 20 mois, et aujourd’hui nous nous retrouvons avec une « nouvelle majorité » plus à droite que la droite, qui passe son temps à expulser et harceler. Les Villejuifois viennent de la sanctionner : 13 % pour la droite, 11% pour le FN. Mais il est plus facile de détruire que de reconstruire. laveniravillejuif.fr

A-L. Boyer, N. Gandais, I. Hamidi, M. Lambert Dauvergne, A. Lipietz, P. Stagnetto, S. Thomas

Elus communistes - Front de Gauche - Citoyens

Budget 2017 : les Villejuifois sacrifiés

Le 3ème budget de la majorité « Le Bohellec » laissera des traces. Peut-on ainsi maltraiter à ce point une ville en se moquant de ses habitants? Le vote du budget communal est un acte démocratique fort. Le Maire et sa majorité le dévoient complètement. Non seulement on diminue le budget au nom de l’austérité et on diminue donc le service public rendu, mais en plus on ne réalise pas le budget prévu (et pas de quelques milliers d’euros, non : de plus de 7 millions) ! Ces 7 millions ne sont pas des économies réalisées grâce à une bonne gestion, non : ce sont 7 millions qui ont été soustraits au service rendu à la population, aux services et aux personnels ainsi privés d’outils pour travailler décemment à rendre ce service. Ces 7 millions ont été détournés de leur destination décidée lors du vote du budget de l’année dernière : ils devaient servir à répondre aux besoins des villejuifois alors même que les difficultés de la plupart s’aggravent. Tous les budgets 2017 sont touchés par cette baisse : on a encore trouvé à réduire le budget de la jeunesse, de l’enseignement, de la culture et du sport, des associations qui sont étranglées, du logement (un signal fort envoyé aux 4 000 demandeurs de logements), de l’hygiène et la salubrité…Pire on a même supprimé le budget réservé aux handicapés ! Quel message veut-on ici faire passer ? Plus aucune place dans notre cité pour les plus fragiles ! Tous les budgets sauf un: la police municipale, devenue la seule priorité de la majorité. Et tout ça en étalant un spectacle navrant, pathétique de désamours ou de réconciliations au sein de la majorité, pourtant toujours d’accord sur le fond et qui se fiche totalement de l’intérêt général. Non, monsieur le maire n’est plus qualifié pour parler de démocratie locale et de transparence. Son mode de gestion est le mensonge permanent. Tenez, un de plus : il avait promis, sous notre pression et celle de la CNL (association de défense des locataires) de réunir une commission apte à prévenir les expulsions locatives. Le Conseil l’avait même acté par un vote solennel. Un an après les expulsions reprennent…Et il n’a rien fait.

G. Bulcourt, C. Cordillot, S. Da Silva Pereira, M. Kadri, F. Perillat-Bottonet

Elus socialistes

De la clarté en politique

Ni de droite ni de gauche… de bon sens ! C’est le credo sur lequel a été élue l’actuelle majorité municipale. Or, à quoi avons-nous assisté lors du dernier conseil municipal? Un Maire très isolé (le résultat de F. Fillon sur Villejuif en atteste) demandant un vote à bulletins secrets pour faire adopter son budget… qui passe à 1 voix. Tous pensent que cette voix est celle du Front National. Cette compromission est inacceptable dans le contexte national que nous vivons, qui nécessite une détermination totale pour faire barrage à l’extrême droite. Comment décrire ce budget ? Des services publics locaux sacrifiés et une politique environnementale inexistante pour réduire notre dette. Entendons-nous bien ! En soi, réduire la dette n’est pas une mauvaise idée. Mais à quel prix ? L’Union citoyenne version 2015 a beaucoup augmenté les impôts. Qu’observet- on ? Des services entravés faute de crédits, et une année 2016 clôturée en très net excédent… cherchez l’erreur ! Qu’aurions-nous fait ? En ces temps de crise, les élus socialistes auraient privilégié le maintien des services publics (priorité aux travaux de la mairie et au relogement de la ludothèque par exemple) et investissements pour réduire notre empreinte écologique, assis sur des emprunts peu chers mais générateurs d’économies à terme. Voilà notre vision de l’avenir de notre Ville, dans la clarté ! http://villejuif.parti-socialiste.fr/

D. Girard, G. Lafon, S. Taillé-Polian

Front de gauche - Parti de gauche

Manoeuvres et désunion pour un budget d’austérité

Le 31 mars, le budget, voté pourtant à bulletin secret, a été adopté par 23 voix contre 22 soit d’une seule voix. Doit-on s’interroger sur la présence de l’élu FN à ce conseil alors qu’on ne le voyait plus depuis des mois ? Que le vote à bulletin secret a été demandé par les élus de la majorité ? Etait-ce un moyen de cacher un accord possible entre la majorité municipale et le FN? De tristes manoeuvres loin des engagements de campagne sur la transparence et en négation des principes démocratiques élémentaires, qui engagent les élus à assumer leur choix politique devant leurs électeurs. Car ce mauvais vaudeville ne doit pas masquer une autre réalité : celle d’un budget d’austérité qui prive les villejuifois de culture, de solidarité, d’action pour la jeunesse et qui fait l’impasse sur des équipements essentiels pour les futurs habitants.

A. G. Leydier

Harel pour une force d'union et d'espoir 

Servir l’intérêt général…

Ou s’en servir pour son intérêt personnel ? Beaucoup sont perdus dans le chaos des positions politiques caricaturales élaborées en étant« contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre », alimentées par toutes les rumeurs empoisonnées savamment distillées sur les réseaux sociaux et au coin de la rue. Aujourd’hui le choix ne s’impose plus qu’entre devenir complice de la destruction entamée ou le suicide généralisée. Et si la hauteur de vue permettait de percevoir la voie du milieu, uniquement accessible en servant l’intérêt général ? Si collectivement les repères ont disparu depuis trop longtemps, individuellement, le potentiel disponible est illimité. L’envie de s’engager pour réaliser, construire et servir est en ébullition, silencieuse et anonyme, au coeur d’une grande majorité de nos concitoyennes et de nos concitoyens. Mais pour la libérer encore faut-il en avoir au moins une nano particule en soi pour l’envisager chez les autres, de bonne foi et d’où qu’ils soient. C’est pourquoi, quelle que soit notre actualité, du local au national, conséquence naturelle du très lourd « regrettable passif » qui plombe les auteurs et renforce les victimes, servir l’intérêt général au-dessus des clivages reste l’ultime autoroute indestructible de l’harmonie durable.

J.-F. Harel, M. Tijeras

Front National  

L’humain d’abord !

Le dimanche 23 avril, les 2 partis de gouvernement sont balayés, laissant place à un face à face de la Finance contre le Peuple. Avec un tel projet d’ultra libéralisme les Villejuifois ont du souci à se faire. « La main qui donne est au-dessus de la main qui prend. L’argent n’a pas de patrie. Les financiers n’ont aucun patriotisme et pas la moindre décence. Leur seul but est le gain. » Napoléon Bonaparte

A. Gaborit