Accueil>Vos élus>Le Conseil municipal>Expression des formations politiques du Conseil municipal

Expression des formations politiques du Conseil municipal

Les tribunes libres du mois de mars 2017

(Le contenu de chaque article n'engage que la responsabilité de son auteur)

Union citoyenne pour Villejuif

Villejuif une Ville toujours plus propre et agréable à vivre

Nous poursuivons notre travail pour rendre notre ville encore plus propre et agréable. Ainsi nous mettons en place un nouveau plan propreté en réorganisant nos services pour que chaque jour le nettoyage de Villejuif soit plus efficace. Nos agents de propreté seront mieux répartis sur le territoire. Nous prévoyons chaque année d’investir dans le renouvellement de notre parc de machines techniques. Notamment cette année nous avons acquis une nouvelle laveuse. Allo-propreté permet déjà de 10h à 18h d’alerter directement nos services par courriel ou par téléphone (01 45 59 20 81) de la présence de graphitis, de déchets ou d’encombrants sur le domaine public… Un groupement d’intervention rapide pour l’enlèvement des encombrants sera bientôt opérationnel. Nous mettons aussi en place un plan d’action et de communication « coup de poing » contre les incivilités. Ainsi pour les encombrants, depuis novembre, la police municipale a commencé à verbaliser les contrevenants. Pour mieux vous associer à ce plan, du 20 au 24 mars l’association « Organe de Sauvetage Ecologique » (O.S.E.) ira dans les Accueils De Loisirs informer sur le civisme et le développement durable. Cette semaine se clôturera par une fête « propreté » le 25 mars 2017. Nos agents présenteront le nettoyage des graffitis, les laveuses, les gloutons, etc. Des entreprises et des associations interviendront aussi sur les méthodes de recyclage et le réemploi de nos déchets quotidiens comme de nos habits. L’association OSE organisera notamment un parcours pour permettre aux habitants de nettoyer la ville.

M. Anrep, Y. Bokreta, M. Bounegta, J. Carvalho, F. Ducellier, M. Monin, F. Ouchard, M.J Pidron, E. Yebouet, L. Yapo

Aides aux personnes : La gauche départementale réduit les subventions !

Le slogan des candidats de la majorité communiste-socialiste-écologiste a fait long feu ! Dès 2016 la Gauche départementale a pris des décisions à l’encontre de ses engagements politiques de campagne. 2017 s’annonce comme la confirmation de ce reniement. La Gauche Val-de-Marnaise a décidé en catimini et en pleine période de fêtes de fin d’année de réduire sa participation financière en faveur des associations qui apportent une aide quotidienne au domicile des personnes âgées ou handicapées. Voilà la solidarité selon la Gauche ! Ce désengagement financier du Département impacte de nombreuses associations d’aides à la personne.
Évidemment, cette décision qui conduit à réduire les subventions aux services d’aide et d’accompagnement à domicile n’a fait l’objet d’aucune publicité dans le Val-de-Marne ! Contrairement à tous ses beaux discours, la majorité départementale de Monsieur Favier effectue des coupes sombres dans bien des domaines liés à l’aide à la personne.
Et pourtant, malgré cette période fortement contrainte par la diminution des dotations de l’État, la municipalité de Villejuif a décidé de poursuivre ses aides aux plus démunis par l’intermédiaire de son Centre Communal d’Action Sociale. Nos budgets de l’action communale sont préservés pour 2017 et la priorité de la majorité municipale est de poursuivre ses actions envers les plus vulnérables avec notamment un maintien financier sans faille pour l’aide à domicile des personnes fragiles, handicapées ou simplement âgées. Villejuif maintiendra ses budgets sociaux pour les plus démunis et poursuivra sa politique de solidarité et de maintien d’un lien social et intergénérationnel fort.

C. Duboille, E. Obadia, J. Mostacci, A. Grivot, A. Mille, E. Berton

Remettre les choses à l’endroit !

Beaucoup trop de dossiers sont désormais gérés dans l’ombre par le Maire et quelques Adjoints, sans concertation avec les autres Élu(e)s et encore moins avec les services de l’Administration pour aboutir finalement à un pilotage de plus en plus délicat et dangereux pour des affaires municipales. Cela n’est pas sans conséquence sur la qualité du service au public. Les maux sont épars et nombreux : malaise croissant des agents et alertes de plus en plus graves, menaces judiciaires, dialogue social conflictuel, règles de la commande publiques sujettes à interrogations... Alors même que les ressources compétentes étaient là.... rappelons à ce propos, que la ville continue de payer plus de 300 000€ par an pour ses anciens membres de la Direction Générale mis à l’écart, sur seule décision du Maire. Il y a donc incontestablement à minima une remise à plat de la méthodologie qui s’impose. Face au désordre, les Élus du groupe VillejuifNOTREville et apparentés estiment de leur devoir de rappeler que gouverner avec une majorité diverse impose des concessions et une constance dans le dialogue ainsi que la mise en place d’actions s’enrichissant de la différence. En second lieu ils estiment important de réaffirmer leurs priorités politiques alors que le vote du budget se profile : la ligne de finances assainies tout d’abord, sans faire pour autant porter la charge sur un service public fragilisé ; priorité à la solidarité, valoriser un appareil administratif et ses agents sans lesquels le mot ambitions demeurera vain, ne pas faire souffrir davantage la culture qui a pâti plus que nécessaire des restrictions budgétaires. Retrouvez sur le site www.VillejuifNOTREville.fr l’ensemble de nos publications.

Ph. Vidal, L. Loudière, A. Caporusso, P. Nunes

Opposition

L'Avenir à Villejuif

Tristesse et colère

Il y a un mois, un agent municipal, Thierry Holveck, s’est donné la mort à 53 ans. Nous adressons nos plus sincères condoléances à sa compagne, à ses proches, à ses collègues. Villejuifois de toujours, Thierry Holveck était devenu le responsable du gymnase Daniel-Fery. Très engagé dans le mouvement sportif depuis 24 ans, il était secrétaire de l’USV-Volley, entraineur des filles et des enfants, et depuis longtemps membre du comité directeur de l’USV-Union. Pour exercer ces activités sportives en plus de son emploi, il disposait d’une autorisation écrite du maire, renouvelée en novembre dernier. Chacun se souvient d’une personne sympathique, d’une grande gentillesse avec les enfants. Ses collègues sont unanimes à saluer son exemplarité et son dévouement.
Pourtant, le maire-adjoint aux sports le menaçait de mutation professionnelle et le président du volley lui avait infligé une mise à pied.
De plus, une rumeur malveillante l’affectait terriblement. Bien avant ce suicide, en juin 2016, nous avions tiré la sonnette d’alarme : le harcèlement subi par le personnel risquait d’aboutir à un drame. Dans un contexte municipal où les situations de détresse professionnelle se multiplient, c’est aux enquêteurs de faire la lumière sur ce décès. Nous réclamons au Maire la reprise des réunions du CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) et du CT (Comité technique) dans l’espoir d’instaurer de meilleures relations entre employeur et employés.

A.L. Boyer, N. Gandais, I. Hamidi, M. Lambert Dauvergne, A.Lipietz, P. Stagnetto, S. Thomas

Elus communistes - Front de Gauche - Citoyens

Justice, respect et transparence pour tous et partout

Il y a un mois nous apprenions avec stupeur le viol d’un jeune animateur, Théo, par des membres des forces de l’ordre lors d’un contrôle d’identité. Six mois plus tôt, c’est Adama qui trouvait la mort à la suite d’une intervention musclée. Ces deux événements, s’ils ont été médiatisés, ne sont certainement pas les seuls à s’être produits ces derniers mois. Les violences policières ont marqué les manifestations contre la loi Travail au printemps dernier, notamment contre les lycéens. L’Observatoire des libertés publiques affiche une augmentation importante du nombre de victimes de ces violences. Apaisement, vérité et justice, c’est le message qu’adressait Théo depuis son lit d’hôpital. Pour la justice il faudra encore attendre. Le besoin est fortement exprimé d’un jugement impartial pour le crime commis. Ces drames sont surtout l’expression d’une grave crise de la démocratie, d’une perte de valeur morale, d’une fuite en avant vers le tout sécuritaire. Les jeunes sont déjà parmi les premières victimes de la crise économique et sociale. Désespérante pour un grand nombre dans des quartiers abandonnés par les services publics, touchés par le racisme. Alors que de l’autre coté de la société, les richesses s’étalent insolemment dans l’impunité. Pour retisser du lien de respect entre la force publique et les concitoyens, il faut une police nationale de proximité, bien recrutée, bien formée et mieux payée. ll faut en finir avec ces « brigades spécialisées de terrain » souvent responsables des dérapages. Tout cela nous ramène bien directement à Villejuif où toutes ces questions se posent: le détissage par la nouvelle majorité du lien social, la suppression d’activités éducatives, sociales et culturelles pour les enfants, les jeunes, l’abandon des quartiers et un penchant vers le tout-sécuritaire, l’entretien de la peur et un investissement démesuré dans la police. Pas de quoi apaiser ni rassurer. Malgré l’opacité des choix de la gestion municipale, comme aujourd’hui sur la préparation du budget, nous serons vigilants sur ce qui est prévu pour définir les missions des policiers municipaux et pour leur formation.

G. Bulcourt, C. Cordillot, S. Da Silva Pereira, M. Kadri, F. Perillat-Bottonet

Elus socialistes

Au secours, ne faites pas du Villejuif en France !

Depuis les dernières élections municipales la majorité se divise, se déchire. Incompétence se marie à trahisons. Il s’agit là du fruit d’une alliance sans projet qui peut rapidement conduire le Maire à se retrouver minoritaire. Cette équipe municipale invertébrée de droite regroupe Les Républicains, le Modem et des élus qui se revendiquent maintenant du parti En Marche. Cette équipe à Villejuif réduit les dépenses sociales, culturelles et éducatives tout en augmentant les impôts de la pire des manières qui soit. Cette encore majorité s’engage aux élections présidentielles sous les bannières de M. Fillon et de M. Macron. Nous interpelons les Villejuifois devant les politiques d’austérité affichées par ces deux candidats, le manque de cohérence et de réduction des services publics. Voulez-vous un pays à l’image de notre commune ? Ces deux candidats incarnent pour l’un la droite ultra-libérale et, pour l’autre, une création médiatique néo libérale. Ces proximités ne peuvent que nous inquiéter et laisser supposer une possible alliance à l’assemblée nationale lors du prochain scrutin. Le rassemblement des candidats de la gauche et de l’écologie, dans leur diversité est indispensable pour proposer une autre perspective sociale et écologiste aux Français le 23 avril prochain. http://villejuif.parti-socialiste.fr/

S. Taillé-Polian, G. Lafon, D. Girard

Front de gauche - Parti de gauche

Respect et dialogue

Depuis plusieurs mois, le climat se dégrade entre les élus de la majorité et les agents de la ville. Ces derniers pointent la dégradation de leurs conditions de travail. Tout Villejuifois qui a eu recours aux services d’accueil a pu le constater : agents entassés dans des bureaux non adaptés à l’accueil du public, absence de confidentialité dans la relation avec les administrés...Les élus refusent le dialogue avec les instances représentatives du personnel, écrivent un courrier honteux sur leurs agents et votent dans le même temps l’octroi d’un logement de fonction pour le Directeur général des services. Aux salariés de base : calomnie et mépris. Pour le plus haut salaire : avantage en nature ! Le Maire doit rétablir le dialogue et la confiance dans son administration. Pour les agents, pour la qualité du service public et pour les habitants.

A. G. Leydier

Harel pour une force d'union et d'espoir 

« Immunité ou inaptitude ? »

Être élu par le suffrage universel pour conduire le destin d’une commune de +57000 habitants requiert un minimum d’honnêteté intellectuelle et morale afin que toute décision prise dans l’intérêt général ne soit pas pointée du doigt mais soit avant tout équitable et pleine de bon sens. Or force est de constater que la majorité municipale se désagrège sans cesse pour le plus grand désarroi des employés municipaux et des habitants de Villejuif. Chacun supporte quotidiennement les incohérences et les contradictions toujours croissantes et assiste à la politique de fuite en avant matérialisée par l’annonce de décisions irréfléchies et opaques. Villejuif est en train de vivre une banqueroute provoquée par l’absence du moindre repère mais stimulée par les appétits personnels. Que dire de l’amende de 1500 euros injustement infligée à l’association culturelle Le Chêne après sa fermeture ? Que dire de l’apparition surprise du projet de la mosquée avenue de Paris ? Que dire de l’explosion de l’absentéisme pour raison de santé des agents municipaux ? Que dire de l’état de notre voirie ? À mimandat, force est de constater que le bilan est chimérique, la majorité municipale n’existe plus, les élus n’assurent plus. Le maire serait-il devenu fictif ?.

J.-F. Harel, M. Tijeras

Front National  

Et une mosquée de plus ?

Mercredi 22 février avait lieu la réunion de présentation du projet de la nouvelle mosquée à Villejuif. Nous avons eu affaire au mépris envers les résidents du quartier qui se sont retrouvés face à ce projet sans concertation préalable. Sans oublier la bipolarité de la salle (séparation homme-femme). Le financement de ce projet pose aussi question, en effet comment accepter ces dons provenant sans doute d’ambassades.

A. Gaborit